Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog chestrolais
  • : Le blog retrace le plus régulièrement et le plus fidèlement possible la vie à Neufchâteau (Luxembourg-Belgique).
  • Contact

Recherche

12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 08:10
Discours de Guy Mathieu, président de l'Amicale, lors du 11 novembre 2018

Mesdames messieurs en vos titres et qualités, chers enfants, l’amicale des amis et anciens de l’athénée royal de Neufchâteau est très heureuse de vous accueillir en son sein à l’occasion des cérémonies du centenaire de l’armistice de la guerre 14-18.

Chaque année, notre école est représentée lors du recueillement place Charles berch mais pour le centenaire nous tenions à faire quelque chose ici chez nous devant notre monument.

Ce mémorial a été inauguré le 1er mai 1949 devant une foule nombreuse. Elle comporte 46 noms. Certains noms sont les mêmes que ceux du monument devant le tribunal, d’autres pas. Pourquoi cette différence ? Le monument de la ville comporte le nom de personnes ayant habité à Neufchâteau tandis que le nôtre comporte le nom de personnes ayant fréquenté notre établissement habitant Neufchâteau ou les environs.

Il est à noter qu’il n’a pas été fait de différence entre les deux guerres mondiales. 46 noms, 45 anciens élèves ou professeurs, 1 seul qui était encore étudiant : Jacques Poncin. Jacques était, en effet, encore étudiant de l’athénée au début de la deuxième guerre mondiale et durant ces années de guerre, il est devenu un jeune membre de la résistance. Il a été arrêté le 25 juillet 44 et est parti en déportation.

En préparant cette journée, j’ai pu rencontrer une personne qui a assisté à son arrestation. Jacques et sa famille habitaient où est actuellement le magasin de fleurs IDA Flora. Le camion des allemands était arrêté dans le carrefour, le jeune garçon est monté à l’arrière et sa maman a pu lui dire au revoir, Jacques lui a chuchoté à l’oreille : « maman dis leur bien que je ne dirai rien ». Il n’est jamais revenu, il est décédé à Lubeck lors des fameux bombardements du 3 mai 45 soit 5 jours avant la fin de la guerre.

Qu’ils soient enfants de Neufchâteau ou des environs, morts sur les champs de bataille ou lâchement sacrifiés le long des routes ou dans des camps affreux, envers toutes ces personnes, nous avons un devoir de mémoire qui ne doit pas se limiter à cette commémoration.

N’oublions jamais que c’est grâce à eux que nous sommes toujours dans un pays libre.

Comme le disait Mr Parent, président de l’amicale en 1949, dans son discours lors de l’inauguration de ce mémorial," Souvenons-nous et soyons reconnaissants".

Merci

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Pages

Catégories