Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 06:47
75 ans après

Dans le cadre des festivités du 75 ème anniversaire de la bataille des Ardennes, le vétéran américain Alan Atwell  est revenu à Neufchâteau.

Il a été fait citoyen d'honneur de Neufchâteau. La marche de janvier en mémoire de la bataille des Ardennes  portera son nom.

Dans le civil il était pompier et il a souhaité visiter l'arsenal de Neufchâteau.

Une gerbe a été déposée au monument érigé en l'honneur de la 28ème division d'infanterie américaine .

 

Pour voir la cérémonie, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous et sur la première photo.

 

 Luc Pierrard parle de la libération de Neufchâteau en septembre 44 et ensuite de la bataille des Ardennes en décembre 44.

 

Allocution de Luc Pierrard, président de Terre de Neufchâteau

Luc Pierrard, président de Terre de Neufchâteau

Luc Pierrard, président de Terre de Neufchâteau

 

 

La 28e Division d’Infanterie américaine

libère Neufchâteau le 9 Septembre 1944

 

7 Septembre : La 28thID pénètre en Belgique et s’empare du centre ferroviaire de Sainte-Cécile.

Vers 13h50, elle entame sa progression sur Herbeumont (110th Infantry Regiment) et Florenville (109th Infantry Regiment )

Sous la pression des assauts du Ve Corps, les troupes de la 2e Panzer Division allemande commencent à reculer de plus en plus vers l’Est.

8 septembre : Une brèche se forme entre la 7ième et la 1ière Armée allemandes. Les Américains s’engouffrent dans cette brèche sans rencontrer de résistance et foncent en éventail sur le Grand-Duché du Luxembourg. Le 110thIR fait son entrée à Jamoigne.

9 septembre : Le 109thIR continue sa progression et libère Habay-la-Neuve, avant de poursuivre sa route vers la ligne Arlon-Martelange le 10.

Le 110thIR quitte sa tête de pont à Herbeumont et commence à remonter la route de Florenville direction nord nord-est. Vers la fin de la matinée, l’objectif (Neufchâteau) est atteint. Le régiment entre dans la ville via la Chaussée de France, la Rue de la Bataille, la Place de la Foire, la Rue Franklin Roosevelt (Grand-Rue à l’époque) jusqu’à la Grand-Place. De là, les différentes composantes se répartissent dans la ville et aux alentours afin d’y passer la nuit. Le poste de commandement de la 110e est établi au Vieux Château d’Assenois.

10 septembre : Le régiment reprend sa progression par l’Avenue de la Gare et la Chaussée de Bastogne. D’autres éléments continuent en direction d’Ebly, puis de Nives avec comme objectif Bastogne.

 

 

Décembre 1944 :

La Bataille de Ardennes

Le 16 décembre, lorsque «l’Offensive Von Rundstedt» s’abat de plein fouet sur la division, la 28th est au repos près de Wiltz après la campagne sanglante dans la Forêt de Hürtgen (près d’Aix la Chapelle et Düren). Les « Keystone » se battent pour gagner du temps : chaque acte, chaque barricade n’a pour mission que de ralentir cette avancée, le temps de se réorganiser et surtout de se rendre compte de l’ampleur de cette offensive. Durant ces premiers jours de la « Bataille des Ardennes », le Quartier Général de la division est évacué du Château de Wiltz vers l’ancienne Gendarmerie de Sibret avec comme but de créer un premier point de rassemblement pour les troupes ayant étés dispersées durant cette première évacuation… .

20 décembre :

Le commandant de division, le Général Major Norman « Dutch » Cota ordonne l’évacuation du PC 28thID de Sibret vers le sud, direction Vaux-les-Rosières.

21 décembre : La défense du village est établie par une petite force improvisée de la 28thID rassemblée en avant-poste sur la route Bastogne-Neufchâteau. Dans la nuit, quelque 200 survivants de la bataille à Wiltz du 110th Infantry Regiment (le régiment libérateur de Neufchâteau) arrivent au PC de la 28th.

22-23 décembre : Tôt matin, un petit groupe de traînards est arrêté par les sentinelles d’un avant-poste.

Parmi ces traînards se trouve le Colonel Daniel B. Strickler (commandant le 110thIR à Wiltz) : ayant quitté Wiltz le 19, lui et sa petite troupe ont marché durant trois jours en évitant tout contact avec l’ennemi.

Strickler est envoyé au PC du VIII Corps (Major General Troy H. Middleton) à Neufchâteau.

La division ayant été « décimée » à plus de 80% durant ces six premiers jours de bataille, la mission de Strickler dès son arrivée à Neufchâteau est non seulement d’établir un nouveau Poste de Commandement, mais également d’élaborer la défense de la ville tout en récupérant un maximum de traînards et rescapés.

Dans un sous-sol de l’Athénée (probablement la salle de gymnastique) quelques éléments du 110thIR de la 28th ont déjà « mis en route » un petit PC qui sera déménagé rapidement dans l’aile gauche de l’Athénée.

 

Un poste de Croix-Rouge est installé dans la salle du cinéma de l’Avenue de la Gare. (le cercle libéral). Le parc derrière ce bâtiment, près de ceux de l’Institut Saint-Joseph, sert de parking aux chars, camions et ambulances. L’hôpital de la Croix-Rouge est situé à l‘Institut Saint-Michel

Rassemblant sur place des traînards de plus de 15 divisions et unités différentes et les équipant avec les « moyens du bord », Strickler installe trois anneaux de défense autour de Neufchâteau. Il n’a que quelques chars en soutien de l’infanterie. Faute de canons, des artilleurs sont convertis en soldat d’infanterie. Le service médical, qui a perdu toute sa logistique, doit faire appel à la population civile afin d’obtenir des cuisinières, lits et le plus important… des pansements et médicaments pour les blessés !

 

La nuit du 22-23 décembre, les derniers éléments de la 28thID évacuent Vaux-les-Rosières. Cette dernière retraite clôture les actions ainsi que le rôle principal de la 28th Infantry Division durant la « Bataille des Ardennes » : retarder au maximum l’avancée ennemie afin de permettre aux renforts de la 101 Airborne Division d’arriver à temps à Bastogne… .

24-26 décembre : La réorganisation des troupes continue au fur et à mesure de la récupération des rescapés. A Neufchâteau, on récupère plus de 1200 hommes « Tous ceux qui savaient marcher furent mis sous les armes ! ».

Noël se déroule sous les gelées sans trop d’incidents. On cite juste un bombardement ennemi le 25 vers midi dans les environs de la ville mais sans conséquences… .

27 décembre :

Neufchâteau subit 2 bombardements, le premier le matin sans vraiment de conséquences, le second vers 13h00. Un largage de 7 bombes, dont 4 tombent dans le centre de la Ville. Juste au moment où les troupes font la file pour manger, un avion allemand largue une bombe de 250kg à 10 mètres environ du PC de Strickler, au croisement de la rue des Oies et la rue des Jardins, soufflant portes et fenêtres et faisant tomber un arbre juste à côté du bâtiment. Malgré les dégâts, Strickler décide de garder son PC en place. Une autre bombe tombe rue du Four et cause de sérieux dégâts au PC Divisionnaire: toute communication avec le front est coupée pendant une heure. Deux autres bombes tombent près de la Poste et de l’ancienne prison.

12 habitants de Neufchâteau seront tués, une cinquantaine de soldats américains tués ou blessés et une cinquantaine de maisons détruites ou abimées.

29-31 décembre : La 28th Infantry Division demeure en charge de la défense de Neufchâteau, Recogne et Libramont.

2 janvier 1945 : A 13h30 le « Regimental CP » de Strickler ferme et vers 23h45 les troupes quittent Neufchâteau, direction Les Mazures près de Charleville-Mézières.

Durant le mois de décembre, la 28th Infantry Division perd 4147 hommes, 205 officiers & 316 victimes parmi les unités rattachées. Le nombre de prisonniers capturés durant cette période est de 1054.

I wish a merry christmas and a happy new year to Mr Allan Atwell and his familly et friends.

God bless you

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Pages

Catégories