Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog chestrolais
  •   le blog chestrolais
  • : Le blog retrace le plus régulièrement et le plus fidèlement possible la vie à Neufchâteau (Luxembourg-Belgique).
  • Contact

Recherche

/ / /

Cousteumont : Comité de village

Inauguration Espace de Convivialité

14 septembre 2013

 

Monsieur le Bourgmestre,

Messieurs les Echevins,

Mesdames et Messieurs les élus communaux, de la majorité et de l’opposition,

Messieurs les ouvriers communaux,

Chers sponsors,

Chers amies et amis du village de Cousteumont,

 

Je ne sais pas si tout le monde s’en rend bien compte, mais l’événement que nous sommes en train de célébrer n’est pas loin de tenir du miracle.

 

Depuis plus de deux ans, nous vivions avec en plein cœur du village un chantier qui n’en finissait pas de ne pas avancer.

C’était un peu notre place St Lambert à nous.

 

Et puis ces derniers mois, tout s’est soudainement débloqué. 

Les choses progressaient à vue d’œil.

Si bien qu’un beau jour, voilà, c’était fini.

 

Et c’est ce qui fait qu’on se retrouve ici tous ensemble sur le point de trinquer à l’inauguration de notre nouvel espace de convivialité.

 

Sauf que j’ai quand même une mauvaise nouvelle. 

C’est que vous allez devoir attendre encore quelques minutes avant de boire, le temps de jeter un regard en arrière et de faire le point sur le chemin parcouru.

 

Tout a commencé il y a plus ou moins cinq ans, lorsque Xavier Demarche a lancé un appel à volontaires pour travailler ensemble à un projet d’aménagement de la plaine de jeux du village.

 

Une petite équipe se met en place et commence à réfléchir à ce que l’on pourrait faire. 

Très vite, on implique la commune de Neufchâteau, propriétaire du terrain, en la personne de Mme l’échevin Castagne.

On fait également appel à « Qualité Village Wallonie », qui nous a envoyé Mme Boonen dont l’expertise nous a été précieuse dans l’élaboration du projet.

 

L’emplacement que nous voulions aménager était déjà utilisé comme plaine de jeux communale.  Plaine de jeux on ne peut plus rudimentaire, il faut bien le dire, puisqu’elle comportait principalement une balançoire et un banc.

Il s’agissait donc de l’étoffer.

On a préféré ne pas mettre des jeux « classiques », mais d’adopter une approche plus « naturelle ». Par exemple le toboggan qui repose sur une butte « naturelle ». 

Ou la cabane vivante… que l’on peut voir en formation pour le moment (le cercle de saules près du ruisseau)

Il avait également été question de mettre une mare et une zone humide, d’où le panneau didactique de Natagora, mais cette partie du projet a été abandonnée par la suite pour diverses raisons.

 

Mais on n’a pas voulu s’en tenir à une plaine de jeux, car quand on dit « plaine de jeux », on pense surtout jeunes enfants, jusque 8-10 ans, et éventuellement un parent qui accompagne pour les surveiller.

 

Or nous voulions que cet espace serve de lieu de rencontre pour tout le monde au village, toutes générations confondues.

C’est pour cette raison d’ailleurs que nous préférons utiliser l’expression « espace de convivialité » plutôt que « plaine de jeux ».

C’est pourquoi nous avons inclus dans le projet un panneau de basket, une piste de pétanque, ainsi qu’un abri polyvalent.

 

Une fois que le projet a été bien précis dans notre tête, il a encore fallu le faire accepter. 

On a alors entamé notre chemin de croix administratif, avec demande de permis d’urbanisme, qui nous a valu plusieurs aller-retour et beaucoup de discussions.

Notons que, pour pouvoir solliciter le permis d’urbanisme, il nous fallait un plan d’architecte en bonne et due forme, et je remercie à ce propos M. l’architecte Collet qui nous a gracieusement fourni ce plan.

 

Finalement, nous avons eu le permis à la fin 2010.

Les conditions climatiques aidant, ou plutôt n’aidant pas, ainsi que les réglementations sur les cours d’eau qui empêchent de faire des travaux à proximité d’un ruisseau pendant certaines périodes de l’année, tout cela a fait qu’il a fallu attendre début 2011, après deux ans et demi de travail « souterrain », pour pouvoir poser la première brique, ou plutôt extraire la première motte de terre.

 

La première étape a été en effet de creuser le trou pour la mare, et la terre extraite a servi à constituer la butte pour le toboggan.

Il a fallu également creuser pour les fondations de l’abri et pour le terrain de pétanque.

Je remercie ici la société Rigaux qui est intervenue à cette phase des opérations.

 

Quelques mois plus tard, on a coulé la dalle de l’abri (juin 2011).  Merci à la société Gofette.

 

On a alors réceptionné le bois de la charpente, fraîchement abattu, qui nous a été procuré par la commune de Neufchâteau.

Bois qu’il a fallu traiter, raboter… et mettre à l’abri pour l’hiver car nous n’étions pas en mesure de procéder au montage de la charpente à ce moment-là.

 

Ni l’année suivante d’ailleurs. 

Chaque fois que nous avons des activités à faire ensemble, il nous faut trouver suffisamment de volontaires qui soient disponibles en même temps pour la durée nécessaire, et il faut en plus que les conditions météo soient favorables.

Ce n’est déjà pas toujours évident pour des petites interventions.

Mais le montage de la charpente était une opération de longue haleine, et qui de plus nécessite des compétences pointues.

Nous avons donc fait appel à la commune de Neufchâteau pour avoir de l’aide.

 

On nous a annoncé lors de la fête gauloise de 2012, qu’une queue de budget avait pu être débloquée pour payer le montage de la charpente. 

Merci à la société Fissers qui a effectué cette partie des travaux à la fin de l’été, il y a environ un an.

 

Restait encore à ce stade-ci à terminer la construction de l’abri en posant le toit.

Certes, nous avions déjà les ardoises – et j’en profite pour remercier la société Comarden –

Mais ici aussi, nous avions un problème de disponibilité de ressources et de compétences pour la consolidation du toit et la pose des ardoises.

 

Avant d’en arriver à la fin du chantier, je voudrais évoquer l’aspect finance.

 

Parce que bien évidemment, il a fallu payer tout ça.

 

La commune de Neufchâteau est intervenue à plusieurs reprises, essentiellement en nature.

 

Et le comité de village pour sa part a trouvé pas mal de financement de son côté.

 

La plus grosse partie provient d’un subside que nous avons reçu de la Fondation Roi Baudoin, dans le cadre d’une de ses initiatives appelée « Quartier de Vie ».

 

Mais le comité a également organisé différentes activités afin de récolter des fonds supplémentaires : souper spaghetti, soirée karaoké, bal folk, grand feux et bénéfices du stand du village lors des deux éditions de la fête gauloise.  Sans oublier que, lors de la première édition, nous avons remporté le deuxième prix, soit 500€ en liquide.

 

Comme on peut le voir, le projet d’aménagement de notre « espace de convivialité » a suscité de multiples occasions de faire des choses ensemble au niveau du village et a d’ores et déjà eu de nombreuses retombée positives au niveau du « vivre ensemble ».

 

Ceci dit, on ne partait pas de rien non plus. 

Il y avait déjà dans le village une longue tradition de barbecue annuel.

Et d’une certaine façon, le barbecue qui est organisé aujourd’hui est aussi dans la continuité de cette tradition-là.  Et d’ailleurs, l’essentiel du matériel que nous utilisons pour cette fête vient du comité barbecue.

 

A côté de l’aménagement de l’espace de convivialité, le Comité de Village s’était également fixé d’autres objectifs, comme de trouver une solution aux problèmes de vitesse de la circulation automobile dans le village.

Nous avons à de nombreuses reprises pris contact avec les autorités communales à ce propos.

Les choses se sont débloquées peu à peu.  On a vu que nos préoccupations ont été prises en compte, dans un cadre plus global d’ailleurs, au niveau de la commune de Neufchâteau dans son entièreté.

 

Cela a débouché sur la pose d’un radar préventif l’année passée dans la rue des Wez.

Et on était sur le point d’avoir des « coussins berlinois », sauf que, au moment où les ouvriers communaux étaient sur le point de les placer, on a constaté que cela posait quelques problèmes pour les riverains immédiats.

 

On a donc demandé de suspendre les travaux, et qu’on reverrait la chose avec la nouvelle administration communale.  Car cela se passait juste avant les élections.

 

Et pour tout dire, on était fort sceptiques quant à l’avenir de ce projet d’implantation de ralentisseurs, tout comme pour la pose de la toiture de l’abri, car dans un cas comme dans l’autre, nous étions dépendants des autorités communales. 

Et comme la majorité avait changé, nous nous attendions à ce que ces projets tombent dans les oubliettes.

 

Néanmoins, nous avons pris contact avec la nouvelle équipe communale pour voir comment envisager la suite, et à notre grande surprise, nous avons eu une oreille attentive.

 

Un certain scepticisme subsistait néanmoins. 

Les politiciens, n’est-ce pas, sont des beaux parleurs, mais quand il faut passer aux actes, il n’y a plus personne.

 

Or non.

Pour nos projets à Cousteumont, il faut reconnaître que les actes ont suivi les paroles.

 

Et c’est ce qui fait que nous sommes réunis aujourd’hui pour inaugurer notre nouvel « Espace de Convivialité ».

 

Ce que je trouve très intéressant dans ce résultat, c’est qu’il ait pu être obtenu au travers de deux mandatures différentes avec deux majorités différentes. 

Autrement dit, sur ce dossier particulier, ce sont les intérêts de la population qui ont prévalu sur les intérêts partisans.

Ce n’est pas si fréquent, et ça mérité d’être souligné.

 

Je trouve que ce projet est une belle réalisation à mettre au crédit de la « démocratie locale », qui est une alliance entre l’initiative directe des habitants et les autorités communales, qui constituent le niveau de base de la démocratie.

 

Cela ne veut pas dire pour autant que tout est fini et qu’il n’y a plus rien à faire.

Au niveau de notre espace de convivialité, il faudra songer à étoffer l’offre de jeux, éventuellement mettre des parois latérales sur l’abri.  Ici, la balle est dans le camp du comité de village

Par ailleurs, au niveau du village lui-même, il y a notamment un rond-point central à construire juste ici devant, l’aménagement  des trottoirs, etc… Et là, c’est plutôt du ressort de la commune.

 

En attendant, il est temps de faire une pause et de fêter ce qui a été réalisé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Articles Récents

Pages

Catégories